Trigone logo

Plus qu’une tendance, le mouvement zéro déchet s’inscrit désormais comme une véritable philosophie touchant à toutes les sphères de nos vies… y compris la déco !

Voici quelques pistes pour entamer la réflexion.

Choisir des matériaux durables

L’aventure commence véritablement en amont du chantier, quand vient le temps de choisir les différents matériaux de finition.

« Pour tout ce qui ne bouge pas dans la maison — les planchers ou les comptoirs, par exemple —, on peut se tourner vers des matériaux durables », lance Olivier-Benoit Lemay.

Et par « durable », il entend des matériaux qui ne seront pas usés, voire démodés après une décennie.

D’emblée, le designer énumère les matériaux nobles, comme le bois, la pierre ou même certains modèles de céramique.

« Un plancher de bois franc peut durer des générations, souligne-t-il. Et pour pousser encore plus loin, on peut opter pour une essence écologique, comme le bambou. Il existe une très belle gamme de matériaux pour répondre à des critères écolos. »

L’aménagement compte aussi pour beaucoup, selon lui.

« Si on prévoit une grande quantité d’armoires dans la cuisine, c’est certain qu’on va les remplir, illustre-t-il, mais si on en limite le nombre, la cuisine sera plus épurée et on diminuera par le fait même notre consommation. »

 

« Y adhérer, c’est revoir à la base toute notre façon de consommer »
– Olivier-Benoit Lemay, designer principal, Habitations Trigone

Récupérer et transformer le mobilier

Certes, métamorphoser cette vieille commode en meuble-lavabo ou changer le tissu d’une chaise ancienne demande de la créativité et certaines habiletés manuelles, mais c’est là la base d’un décor zéro déchet.

Il faut toutefois bien choisir les objets auxquels on offrira une seconde vie, avertit Olivier-Benoit Lemay.

Et qu’on préfère chiner dans les marchés aux puces ou écumer les petites annonces en ligne, on privilégie les meubles conçus pour durer. Comment bien les choisir ?

Viva-Cité Delson
Viva-Cité Delson

« On s’assure que la petite table d’appoint qu’on a trouvée chez le brocanteur est faite d’un matériau solide, comme l’acier ou le bois », donne en exemple le designer.

Sélectionner les accessoires déco avec soin

Même les moins bricoleurs peuvent facilement intégrer des éléments récupérés dans leur décor.

Olivier-Benoit Lemay propose notamment des miroirs, des cadres, des vases ou encore de vieux livres simplement déposés sur une table à café, le genre de menus objets qui enjolivent une pièce sans effort.

« Le point important à retenir, c’est qu’il faut savoir quand s’arrêter afin de ne pas avoir l’impression de vivre dans une brocante », précise-t-il.

En matière d’accessoires décoratifs, le designer suggère aussi de privilégier les objets utilitaires tout en se posant la question : « Dans un an, en aurai-je encore besoin ? »

« Il faut revoir à la base notre façon de consommer, ajoute-t-il. Acheter de la vaisselle juste pour faire une belle table le temps d’un repas, quelle que soit l’occasion, ce n’est pas nécessaire. Il existe d’autres moyens de créer une belle ambiance ! »