Trigone logo

Le 22 novembre 2016, la vie de Jean-Alexandre Poirier a basculé.

Charpentier-menuisier de profession et passionné par son métier, il a été victime d’un accident de travail grave sur un chantier de Mascouche. C’est sa colonne vertébrale qui a absorbé l’impact lors d’une vilaine chute, lui causant ainsi d’irréparables séquelles de santé. Après une convalescence difficile et malgré sa volonté de reprendre ses activités normales, il n’a eu d’autres choix que d’opter pour une réorientation de carrière.

 

C’est à reculons qu’il a suivi le cours pour devenir agent de prévention sur les chantiers. Voyant que 22 des 24 membres de sa cohorte avaient été victimes, eux aussi, d’un accident de travail grave, il a tout de suite réalisé l’importance de cette vocation, encore aujourd’hui mal-aimée.

Il faut dire qu’historiquement, les agents de prévention n’ont pas nécessairement la cote sur les chantiers de construction. Leur rôle étant d’intervenir lorsqu’une situation ne respecte pas les règles et de corriger les comportements téméraires, ils sont souvent considérés comme des donneurs de leçons plutôt que des partenaires de sécurité.

Mais Monsieur Poirier a vite compris qu’il devait plutôt opter pour une approche humaine et personnalisée s’il voulait gagner la confiance des employés.

D’abord, lors de l’accueil et de l’orientation des nouveaux travailleurs, il prend le temps d’apprendre à les connaître et de comprendre leur situation personnelle. Ayant lui-même vécu un accident de travail grave, il se sert de son expérience personnelle pour créer une réelle connexion avec les travailleurs et ainsi les sensibiliser davantage aux risques imposés par leur métier.

Bien conscient que dans le domaine de la construction, le risque zéro n’existe pas, Monsieur Poirier vise avant tout à accompagner les travailleurs vers un milieu de travail sécuritaire plutôt que de les reprendre et de les rabrouer. Lorsqu’il est témoin d’un comportement qui mérite une intervention, il approche le travailleur de manière humaine, non pas en citant les articles du Code de la Construction, mais plutôt en lui rappelant que ses enfants ou sa femme veulent le revoir en un morceau ce soir.

Grâce à ses (deux!) téléphones cellulaires toujours à portée de main, il se rend aussi très disponible pour les employés, et peut répondre à toutes leurs questions quasi-immédiatement et ainsi éviter de fâcheux incidents.  Il en fait sa mission de vie de prévenir les accidents de travail et de préserver l’intégrité physique de ses travailleurs, une intervention à la fois. Sa devise? L’humanité avant l’autorité.

Malgré les défis qu’ont représenté ce virage professionnel, Monsieur Poirier trouve aujourd’hui un réel intérêt pour le monde de la prévention, et à sa façon, il réussit à changer les mentalités acquises au fil des par les employés et les employeurs. Toute l’équipe des Habitations Trigone remercie Jean-Alexandre Poirier ainsi que tous les agents de prévention sur leurs chantiers pour leur dévouement et leur professionnalisme. Votre collaboration assure à tous des chantiers plus sécuritaires!